Un dur weekend

Chapitre 2


- Sautille sur place!

Nadia saisit les pans du blouson et l'ouvre complètement. Elle se met à trotter sur place, en levant haut les genoux.
Les seins se soulèvent et retombent lourdement sur les pointes du bustier, s’élèvent à nouveau, s'écrasent sur les pointes. Gérard se dit que Nadia est visiblement très bien dressée. Il compte les pas dans sa tête.
Nadia maintient un rythme assez rapide, environ 2 pas par seconde. 27,28, 29, 30,
Soudain, Nadia sprint sur place. Les mamelles, violemment secouées, se mettent à faire des mouvements complètement désordonnés et partent dans tous les sens en rebondissant sur les pointes.
Nadia maintient son sprint pendant quelques secondes et se met à faire des écart-joints. Le but recherché étant visiblement de faire sauter ses seins le plus haut possible. Les mamelles, en retombant, s'écrasent, s'abimant sans retenue sur les pointes du bustier.
Elle continue l'exercice pendant une quinzaine de secondes, puis s'arrête, jambes écartées et secoue ses seins de toutes ses forces en bougeant rapidement les épaules. Les mamelles fouettent l'air à toute vitesse et vont à nouveau s'écraser sur les pointes dont est garni l'intérieur du blouson.
Elle s'arrête soudain, attrape ses bouts de seins, les fait rouler entre ses doigts et fait un curieux mouvement circulaire avec son index, comme si elle voulait enrouler ses tétons autour de ses doigts.

Gérard n'a jamais vu ça.

Les tétons de Nadia sont extrêmement longs. Elle pourrait presque faire des noeuds avec.

Nadia joue avec ses bouts de seins, les allonge, les tord, les roule entre ses doigts, puis elle assure sa prise et soulève ses mamelles très haut et en leur faisant décrire de grands cercles.

Nadia ne fait pas semblant. Elle tire très fort sur ses seins, les étirant au maximum de leur élasticité. La peau distendue, à la base des seins, est crevassée, sans doute le résultat des jeux violents et des étirements excessifs.

Nadia tire maintenant sur ses seins de toutes ses forces vers le haut en tordant les bouts, puis elle se met à les secouer violemment en tirant par saccades. On dirait véritablement qu'elle va s'arracher les seins.
Nadia les lâche brusquement. Les mamelles retombent lourdement et ballottent quelques secondes avant de s’immobiliser.

Nadia rectifie la position, bras tirés en arrière, alors que les tétons traumatisés se recroquevillent comme des escargots rentrant dans leur coquille.

- Génial !! Absolument génial !!!

Nadia sourit fièrement. Elle est bien entraînée et elle va faire voir à Gérard beaucoup d'autres choses qu'elle sait faire avec ses seins.

- Qui t'apprit ces mouvements ? Suis-je bête. C'est William, bien sûr... Mais ce qui m'étonne, c'est que tu fasses ça aussi bien...

- Je suis danseuse. William m'a fait répéter ces mouvements exprès pour vous.

- Je vais remercier William pour ça... Fais nous voir ton string...

Nadia fait glisser sa mimi-jupe et se redresse. Laissant sa jupe au sol, elle s'approche et vient se mettre juste devant Gérard, les bras tirés dans le dos, jambes écartées.

Le "string" dont Nadia a parlé ressemble plutôt à une ceinture de chasteté avec son fermoir à clé, juste sous le nombril.
Gérard prend la clef entre les seins et ouvre le fermoir. Il dégage la sangle centrale qui passe entre les jambes. Les fines pointes métalliques d'demi-centimètre qui tapissent tout l'intérieur de la sangle sont rentrées dans la peau et la sangle reste accrochée au niveau du sexe.
Nadia montre à nouveau ses talents de danseuse en se renversant en arrière et exécute le "petit pont", jambes écartées, en appuis arrière sur ses mains. Gérard dégage un peu plus la sangle. Ce qu'il prend tout d'abord pour un gode apparaît. Ce n'est pas un gode. C'est en fait un goupillon à bouteille qui est fixé au centre de la sangle. Des petites gouttes de sang apparaissent sur les lèvres et le pubis entièrement épilé de Nadia.
Gérard, allant de découverte en découverte, fait sortir la brosse du sexe et la rentre à nouveau. Nadia ondule souplement de tout son corps, comme animée par une musique intérieure. Ses mamelles qui tombent lourdement de chaque côté du buste s'animent également et Nadia, en bougeant ses épaules, arrive à les secouer et à les envoyer valser d'un côté et de l'autre. Gérard continue à jouer avec le sexe offert, entre et sort plusieurs fois le goupillon, le fait bouger à l’intérieur du vagin, le sort à moitié et s'amuse à frotter le clitoris sur les poils durs de la brosse.
Cette fille est vraiment extraordinaire. Elle continue à secouer ses mamelles et à les faire claquer sur son buste. Gérard enfonce à fond le goupillon et remet la sangle en place. Nadia se redresse souplement. Le regard qu'elle jette à Gérard est rempli de fierté et de soumission.
Isabelle n'a pas bougé, l'estomac noué et les yeux fixés sur la scène. Tout s'embrouille dans sa tête. Cette fille est complètement dingue, et William ? Comment peut-il imposer de pareilles supplices à une fille aussi jolie? Et ses seins, ils sont tout abîmés...
Gérard pose la question :

- Qu'est-ce qui est arrivé à tes seins ?

Nadia répond, en baissant les yeux

- William n'est pas un tendre...

- Ça, je le sais, mais c'est quoi, ces marques jaunes ?

- Ce sont les aiguilles.

- Ah bon ? Et ça fait çà, les aiguilles ?

- Oui, mais là, c'est rien... C'est fini maintenant, ça ne se voit plus beaucoup... Il y a quinze jours, c'était plutôt dans les bleu-noir.

Gérard prend par en dessous les seins de Nadia et les soulève. Il les pétrit, les fait sauter dans ses mains. Nadia a des mamelles lourdes et moelleuses, vraiment idéales pour les punitions.

- Quel âge as-tu, Nadia ?

- J'ai 24 ans

Tu as les seins bien lourds, comme je les aime.

- William aussi aime les seins qui tombent et il fait tout ce qu'il peut pour me les allonger.

- Ah oui ? Et qu'est-ce qu'il te fait, pour les allonger ?

- J'ai droit tous les jours à des étirements et à des "exercices d'assouplissement" comme il dit.
Le week-end, les exercices durent plus longtemps et sont plus durs. On fait aussi de longues ballades à cheval. Je monte sans étriers...
Il me remplit aussi les seins avec plusieurs litres de liquide, du sérum physiologique, jusqu'à ce qu'ils deviennent énormes et je dois courir, faire mes exercices ou monter à cheval comme ça.
Avant, j'avais de gros seins, mais ils tenaient bien. C'est William qui les a cassés. Gérard attrape les gros tétons, les roule délicieusement entre ses doigts et soulève les mamelles, les étirant vers le haut au maximum. Elles arrivent largement au-dessus des épaules. Comme ça, elles font plus de 35cm.

-Magnifique !!!

Tout le dessous des seins est plein de marques jaunes. Gérard remarque également quelques cicatrices de forme ovale sous les seins, mais il ne pose plus de questions. Il lâche les tétons, laissant retomber les mamelles et leur donne quelques claques, du plat de la main, les écrasant sur les pointes du bustier.
Isabelle se sent jalouse tout d'un coup. Elle qui se croyait totalement inaccessible à ce sentiment, elle se surprend à détester Nadia.

- Ils sont splendides, non ?

- Heuu... Oui !! Isabelle se sent des envies de meurtres. Si Gérard le lui permettait, elle serait capable de lui exploser les seins à coups de poing.

- William a vraiment très bon goût, tu ne trouves pas ?

Isabelle répond par une moue qui en dit long sur ses sentiments envers Nadia. Gérard s'approche d'Isabelle et lui donne une claque magistrale sur les seins, à travers le pull.

- Je n'aime pas du tout quand tu fais cette tête-là, Isabelle.

Gérard assène une dizaine de claques sur les seins d'Isabelle, à toute volée. Isabelle gémit et fait un pas en arrière.

- Soulève ton pull !!

Isabelle obéit , soulève le pull au-dessus de sa tête et reste comme ça, la tête dans le pull. Décidément, elle ne peut rien lui cacher. Isabelle sait qu'elle a mérité la punition et elle sort la poitrine, attendant les coups, heureuse malgré tout d'avoir réussi à captiver à nouveau l'attention de son maître.
Gérard lui donne une dizaine de claques rapides et bien appuyées faisant valser ses mamelles dans tous les sens. La tête d'Isabelle réaparait alors qu'elle redescend le pull, pensant la punition terminée.


Fin de la partie 2 (à suivre)

©2000 Gérard Titsman - www.gerardtitsman.com



part 3 (a suivre)

Stories

Gerard Titsman, Gerard Titsman